Accueil > Article > Le Scorpion

Le Scorpion

Le Scorpion - Du 23 octobre au 21 novembre

Le 15-06-2009

Le scorpion est le huitième signe du zodiaque, le deuxième signe d’eau et le troisième signe fixe. Le scorpion, à la suite de la balance qui cherchait l’harmonie dans la dualité, plongera dans les tréfonds de l’expérience dualiste dont il devra ressortir vainqueur.

 

Le scorpion

Du 23 octobre au 21 Novembre

Le scorpion est le huitième signe du zodiaque, le deuxième signe d’eau et le troisième signe fixe. Le scorpion, à la suite de la balance qui cherchait l’harmonie dans la dualité, plongera dans les tréfonds de l’expérience dualiste dont il devra ressortir vainqueur. Le scorpion n’est pas un signe de surface, il détruit les certitudes. Il a besoin de connaître dans la matière. Repassant par la matrice à préjugés, il y plonge avant de s’en extraire.

N’oublions pas que le scorpion fait face au taureau et qu’il reprend à son compte ses valeurs : la sensualité, le matériel qu’il va expérimenter dans son entièreté. Il éprouvera le sexe, l’argent, la peur, l’ambition parfois même la cruauté. Toutes les parties sombres de l’individu sont soumises à l’épreuve du scorpion qui se présente souvent comme un purificateur. En cela, il va au-delà de la balance et s’il plonge, c’est pour mieux s’élever ensuite dans le signe du sagittaire.

Ce que cherche à faire le scorpion, c’est à se libérer du circuit aliénant de la personnalité en cherchant ce qu’il y a au-dessous. On lui attribue donc par analogie les lieux sombres, ceux de la nuit, des boîtes de nuit comme de la prostitution. L’inconscient ou la mort (qu’elle soit symbolique ou réelle) et l’argent des héritages sont aussi du domaine du scorpion. Quand dans le taureau, les biens étaient ceux gagnés par le natif, dans le scorpion, c’est l’argent des autres qui est symbolisé.


Chez le scorpion, le natif semble avoir vécu  plusieurs vies et les morts symboliques sont toujours libératrices.
Si le scorpion pique sa proie, c’est pour mieux s’élever. Ainsi le scorpion gouverné par mars et plus récemment par Pluton est un guerrier, un cascadeur mais son action n’a pas le même but que celle du bélier.  Le bélier commence, se lance alors que le scorpion se bat. Dans ce deuxième signe d’eau, nous assistons à nouveau à une mort, il s’agit de la mort de la personnalité pour accéder à la spiritualité. Tandis qu’avec le cancer l’être prenait forme en se séparant de son instinct animal et de son impulsivité.


Libéré du poids de la personnalité et de la pesanteur matérielle du taureau, le scorpion est capable de s’occuper du mental et d’aimer avec une soudaine légèreté. Le chemin du scorpion est un chemin initiatique. Nous pouvons constater que dans le symbole qui le représente, la flèche (le dard) finissant le symbole s’élève vers l’esprit et augure du signe suivant, le sagittaire dont le symbole est justement une flèche et le but, l’élévation. Bien que signe fixe, à la différence du taureau qui se borne et retient, le signe du scorpion est celui des remises en question permanentes.
Qui dit remise en question, dit transformation et courage. Pluton et mars maîtres du scorpion poussent dans ce sens.
Ce qui excite le scorpion c’est donc l’obstacle transformé en essai. La matière modelée en objet de sa création. L’obstacle derrière, le résultat lui importe peu. C’est le franchissement de l’obstacle qui mobilise toute son énergie.

Pour lui, le mystère est attractif : l’enquête, le dépistage des indices. C’est pourquoi il peut être aussi bien un bon détective qu’un fin psychanalyste. Le monde de l’inconscient lui ressemble.
La transformation l’attire, le déguisement. Son extrême sensibilité émotionnelle aussi se transforme lors d’ébats sexuels où se livre un combat (jeu de pouvoir) avec le partenaire.


Dans le signe de la balance, Autrui faisait son apparition et était encore gardé à distance. Ainsi, « je » et « les autres » étaient dosés de manière à ne jamais être expérimentés en profondeur. La balance est en général « touche à tout » mais ne s’aventure pas. Tandis que le scorpion va faire l’expérience des contraires en les explorant jusqu’aux limites. Le pire comme le meilleur ainsi se côtoient. Le plus profond mais aussi le plus élevé.


Les correspondances physiologiques : on associe au scorpion le rectum, le colon, l’anus (le taureau en face : la bouche ce qui entre en taureau est rejeté en scorpion).
Les organes génitaux masculins et féminins. La vessie et l’urètre. L’assimilation du fer dans le sang (l’hémoglobine).


Le maître du scorpion est Pluton (mais aussi mars) donc Pluton est en domicile en scorpion. La lune est en chute et vénus est en exil. Uranus est en exaltation. La maison VIII est celle du scorpion. 
 

équipe Astroriviera